illustration histoire expatriees joie
15 février 2020 /

Déjà… Bonne année! Déjà plus de deux mois depuis mon dernier article… J’ai depuis tout ce temps une vidéo en montage, mais le fait d’avoir trouvé un boulot m’a pris pas mal de mon énergie! Mais ça y est, fini les vacances, le blog reprend du service! Et pour cela, quoi de mieux que les #histoiresexpatriees ? Ce mois-ci, le thème a été choisi par Amélie et Laura du blog « Ciccia & Cerva« , expatriées à Turin. Et ce thème est… la joie!

La joie, c’est tout de même un sentiment bien particulier. Au delà du simple bonheur, ça a pour moi cette notion d’extatisme, de sentiment fort, profond, et éphémère.

Cette exaltation tout particulière me fait bien penser à quelque chose que je découvre depuis quelques temps au Royaume-Uni: la « fausse » joie bien surjouée dans toutes les relations sociales. C’est cette façon de vous dire à chaque phrase que tout est « Amazing », de vous regarder avec des étoiles dans les yeux pendant que vous racontez votre weekend (alors que vous êtes juste en train de raconter que vous avez larvé sur un canapé), ou de vous prendre dans les bras avec vigueur pour vous dire bonjour, alors que soyons honnêtes, vous ne vous connaissez pas tant que ça.

Dessin de personne hyper heureuse qui prend dans ses bras une personne qui ne sait pas qui elle est:

Car oui, un peu à l’image des américains (dans une moindre mesure), les anglais ont cette manie de tout trouver génial, amazing, fucking great. Mais genre tout. Tellement enthousiastes qu’en tant que française j’ai l’impression d’être extrêmement froide et rigide, à la limite de l’impolitesse. Et quand je dis « amazing » ça sonne souvent faux.

Ce décalage est difficile à appréhender, autant pour moi que pour mes collègues britanniques, qui ne comprennent apparemment pas ma réserve. Souvent en retrait, j’ai en fait du mal avec cette pratique que je trouve fausse: tout le monde se fiche bien que j’ai passé trois heures un dimanche à déboucher un évier. Et tout le monde SAIT que cette histoire aurait pu ne pas être racontée, ou pourrais être ignorée. Mais non, par « politesse », on va tout de même vous questionner longuement dessus, et s’extasier autour de vos histoires de tuyaux.

Toujours dans le domaine professionnel, on va vous féliciter allègrement devant toute une salle pour avoir réussi un tâche anodine. On va vous envoyer un « thank you soooooooooo muuuuuuuuch » à travers la salle pour vous remercier d’avoir fait un boulot, quand bien même cela n’aurait surement pas pris plus de deux minutes à la personne. Soit. L’opposé extrême du manager français qui ne dit jamais merci, ce qui a au moins le mérite d’être un peu plus agréable.

Manager qui applaudit son employée pour avoir fusionné des cellules sous excel.
Quand « too much » prend tout son sens

Mon seul problème avec tout cela c’est que je n’ai pas les codes culturels pour comprendre et différencier cette fausse joie de la joie réelle. Du coup je suis perdue. J’ai passé 5 entretiens au mois de décembre 2019, et mes interlocuteurs ont toujours émis des « amazing », « incredible », « you’ve done so much » durant la présentation de mon parcours professionnel. Autant d’expression de joies, de sourires, et de « wahou » dans un même entretien m’ont mise en confiance. Résultat? J’ai eu aucun des 5 postes.

Comment différencier alors le vrai du faux ? Même si je comprends bien que pour les anglais ce n’est ni faux, ni hypocrites: ils savent lire les personnes en face et comprennent la joie de politesse et la joie réelle. Moi ? Toujours pas.

Du coup, comme je ne sais pas bien jouer ce sentiment, je préfère rester sur ma position de meuf froide. Tant pis pour les relations sociales extatiques, je préfère, de mon point de vue de française, paraître froide, qu’hypocrite!

la météo anglaise; pluie et anglais e tshirt.

Les autres participants:

image pinterest de l'article

11 Commentaires »

  1. 3 kleine grenouilles
    15 février 2020 à 21 h 15 min

    Je connaissais cette joie polie aux États-Unis mais je ne savais pas qu’elle était aussi pratiquée en Angleterre. La première fois qu’un Américain m’a fait le coup, j’ai cru qu’il se moquait ouvertement de moi. Du coup, j’étais vexée et lui ne comprenait pas pourquoi… Beau quiproquo interculturel !
    Ce n’est pas simple d’apprendre les codes culturels d’un autre pays.

    • alexienne
      16 février 2020 à 13 h 19 min

      Oui moi aussi j’ai eu cette impression de « moquerie ». C’est vraiment difficile à appréhender… Puis après quelques fois on comprend ^^ » (par contre impossible à pratiquer pour moi ^^)

  2. Ange 😇 & Like 😎 😃
    17 février 2020 à 8 h 20 min

    Ils sont chouettes tes dessins, illustrations parfaites !
    Merci pour ton article sincère. Il me rassure… je croyais que je n’étais pas normale de trouver que le comportement des anglo-saxons paraît hypocrites. Quand j’étais revenue d’un séjour linguistique aux Etats-Unis dans ma jeunesse, la première chose que j’avais racontée c’est : « les américains sont bizarres, ils sont faux, superficiels et très hypocrites. On dirait qu’ils jouent dans un mauvais film quand ils se(te) parlent. Je ne comprends pas pourquoi ils font ça ».
    Bien plus tard, des amis Gallois m’ont permis de comprendre que c’est juste leur manière d’être bienveillant et agréable dans leur vie sociale, il n’y a rien de foncièrement méchant. Mais bon, je reconnais que c’est très déroutant ! Tu vas finir par t’y faire ;-)…

    • alexienne
      17 février 2020 à 21 h 26 min

      Oui en fait c’est leur politesse! Mais c’est vrai qu’ils font vraiment acteurs de seconde zone ^^ la seule chose qui me fait vraiment peur c’est vraiment de passer pour malpolie. Froide et française mais malpolie ça me fait un peu plus peur ^^ » (j’applique donc la méthode « sourire tout le temps » ^^)

  3. Ciccia&Cerva
    17 février 2020 à 21 h 12 min

    Ah on adore ce genre d’analyse, micro anthropologue des codes culturels qu’on ne comprend pas , voire jamais aha. On espère pour toi que tu arriveras à discerner les nuances de la joie à l’anglaise un jour alors ! Ici en Italie ils sont parfois comme ça, tout est bellissimo et à peine tu comprends quelque chose ou réalises quelque chose tu es bravissima. Même si tu répètes ce que viens de dire ton interlocuteur. Nous on se dit qu’on a une réputation à tenir quand on parait trop froides ahaha (la bonne excuse pour ne pas surjouer) alors on te soutient à 100 amazing % Fucking great no ?

    • alexienne
      17 février 2020 à 21 h 23 min

      Hahaha en fait peut être que la culturel française est vraiment froide alors, si italiens et anglais sont bien trop joyeux ^^

  4. Emilie Pichard
    4 mars 2020 à 20 h 58 min

    Je découvre ton blog grâce aux Histoires Expatriées alors voici mon premier commentaire ^_^
    C’est intéressant, j’attribuais les exclamations exagérées et le « too much » en général plutôt aux Américains, moi aussi. Avec ma très maigre expérience au Royaume-Uni, je ne me suis pas vraiment rendu compte de cette tendance là-bas. Discerner le vrai du faux dans ce genre de contexte doit être décidément assez complexe !
    Mais c’est vrai que même si c’est un peu « trop » ça peut faire du bien au moral ^_^

    • alexienne
      6 mars 2020 à 19 h 43 min

      Merci Emilie pour ton commentaire 🙂 Moi aussi j’avais cette image surtout pour les US. C’est quand même un peu moins marqué ^^ mais c’est tout de même présent. Je l’ai pas compris tout de suite; c’est vraiment dans le domaine pro que j’ai eu cette claque parce qu’en France on fonctionne pas toujours comme ça (surtout dans l’administration). Mais du coup certains de mes collègues m’ont avoué qu’ils trouvaient souvent les français hautains et très formalistes et formel… Donc bon, leur fausse joie nous fait bien passer pour des rustres xD

Envie de réagir ou de poser des questions ? Laissez un commentaire!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

EXPATRIATION


VOYAGE



ILLUSTRATIONS

© 2020 - Designed by Alexienne aka Le vent en poulpe | Proudly powered by WordPress.